Apprivoiser l'innovation
Apprivoiser l'innovation

Vestechpro vous guide sur la voie de l’innovation. Découvrez comment développer un produit, un procédé ou un processus technique ou technologique, innovant, ou encore, les projets novateurs de clients et collaborateurs qui ont permis de d'apprivoiser celle-ci de façon originale.

Bonne lecture !

Au nom de l’innovation

Mot à la mode, le terme « innovation » trouve ses racines au XVIIe siècle. L’appellation est formée du mot latin innovare signifiant « renouveler » et par extension, de novus qui veut dire « changer ». Le préfixe in, indique de façon singulière, un mouvement vers l’intérieur. Le concept est vieux de 700 ans mais à quoi fait-il référence aujourd’hui ?

La perspective d’innover inspire et alimente abondamment l’exercice de planification stratégique entrepreneuriale. La simple présence du mot dans un énoncé permet de qualifier et de légitimer la nouveauté et le changement, réel ou anticipé. Force est de constater que la mention du terme suffit souvent à valider la démarche et son aboutissement.

L’utilisation élargie du terme au sein de la société et plus particulièrement en lien avec le monde des affaires mérite que l’on tente de déterminer de quoi l’innovation est le nom, au-delà du simple fait que l’on y associe habituellement la créativité, le progrès, la compétitivité, l’amélioration… entre autres finalités.

Le dictionnaire Larousse définit l’innovation comme un ensemble de processus qui se déroule depuis la naissance d’une idée jusqu’à sa matérialisation. Ainsi l’innovation serait quelque chose de nouveau, ordonné par un processus caractéristique. En réalité, l’aspect « nouveauté » est l’un des fondements de l’innovation, mais uniquement dans la mesure ou le projet innovant s’inscrirait dans un contexte social et que ses visées soient pragmatiques. L’innovation n’est pas l’idée elle est sa concrétisation et son adoption.

Si l’actualisation du concept d’innovation est apparue dans l’univers du progrès technologique, il n’en revêt pas moins une dimension commerciale. Son but premier est la réussite globale de l’entreprise, dans tous les aspects de son développement. L’innovation résulte en des changements et des améliorations, elle est transférable et durable. Il s’agit de mettre en pratique un concept, une attitude ou un instrument différents de ceux qui avaient cours auparavant, et de faire valoir cette démarche.

L’innovation se planifie, elle doit prendre en compte les besoins et les capacités de l’entreprise. Elle est aussi un moyen d’atteindre des objectifs stratégiques, de devenir concurrentiel, de se différencier et de créer de la valeur dans tous les aspects de l’organisation, soit dans sa gestion, ses processus, ses produits et services, de même que dans ses efforts de commercialisation et son modèle d’affaires (1).

En conclusion, l’innovation véritable reposerait sur ces quatre postulats : La disposition au changement; la capacité à établir une démarche structurée et des objectifs mesurables; la concrétisation des réalisations anticipées; et la reconnaissance de ces réalisations en tant que progrès dans un champs d’activités distinct, la société, l’environnement, la technologie…

J’innove, tu innoves, ils innovent

Même si dans l’imaginaire collectif, innover peut sembler être un objectif inatteignable, nous avons intérêt à démystifier la démarche sous-jacente à tout projet innovant et à constater à quel point, l’innovation est à la portée de tous peu importe le modèle d’affaire de l’organisation à laquelle nous contribuons.  Par ailleurs, cela ne veut pas dire que la responsabilité d’innover incombe à tous et chacun dans l’organisation.

Les entreprises innovantes n’hésitent pas à nommer une personne qui deviendra la ou le porte-étendard de l’innovation et dont les actions auront un effet persuasif sur les autres membres de l’organisation. La portée des actions de cette championne ou de ce champion de l’innovation doit contribuer à définir un champ de l'innovation au sein de l’entreprise et à faire rayonner ses projets innovants dans son secteur d’activités. Ainsi, les décideurs, les employés, les fournisseurs et les clients et consommateurs seront en mesure de transcender l’essence de l’innovation..

Ses objectifs visent à générer, à incuber et à gérer de nouvelles idées.

Quel type d’innovation aborder ?

L’innovation peut viser l’un des quatre types d’intervention distincts au sein d’une l’entreprise. Le plus courant vise l'introduction ou l’amélioration d'un produit ou d’un service. L’amélioration dont il serait question porterait sur les spécifications techniques du produit, ses composants et matières, ou dans le cas d’un service, de sa convivialité ou d’autres fonctions qui y sont liées.

L’innovation de procédé consiste quant à elle, à mettre en œuvre une méthode de production ou de distribution nouvelle ou améliorée. Elle se rattache plus précisément aux techniques et aux équipements.

La commercialisation est un champ d’intervention dans lequel l’innovation se traduit par de nouvelles stratégies de présentation, de promotion ou de tarification d’un produit, d’un service ou d’une activité.

Finalement, les nouvelles méthodes d’organisation des pratiques au sein de la chaîne de valeur, du lieu de travail et des façons de mener des relations externes constituent l’innovation d’organisation.

Favoriser l’innovation au sein de son organisation ou de son équipe

Favoriser l’innovation, c’est tout d’abord créer un cadre propice. En général, les gens ne sont pas préparés à l’innovation puisqu’ils sont habituellement appelés à exécuter des tâches récurrentes reposant sur des apprentissages antérieurs. Par conséquent, insuffler une culture de l’innovation prend du temps et exige de l’engagement. Inculquer le goût d’apprendre, de développer de nouvelles habiletés, encourager l’initiative, travailler en équipe sont autant de stratégies à considérer pour établir ce cadre.

Ensuite, il faut définir les cibles d’innovation, c’est-à-dire, non seulement les éléments de nouveauté que nous souhaitons développer mais plus particulièrement les avantages concurrentiels qu’ils procureront à l’entreprise. Les démarches de planification et de veille stratégiques ainsi qu’une connaissance approfondie du domaine d’innovation pressenti constituent à cet effet des références essentielles.

Comme le dit le proverbe, rien ne sert de courir, il faut partir à point. Effectivement, définir à la hâte une bonne solution à un faux problème ne constitue pas une stratégie innovante. Bien cerner un problème et en faire l’analyse et la validation sont les étapes préalables nécessaires au développement et à la mise en œuvre de solutions créatives et adaptées.

Mener à terme un projet innovant exige aussi que l’on dispose des ressources nécessaires pour y parvenir. Qu’il s’agisse de ressources humaines, matérielles ou financières, on doit pouvoir s’entourer et s’équiper de façon conséquente. Cependant, ce n’est pas parce que l’entreprise ne possède pas les ressources à l’interne que celles-ci sont inaccessibles. Plusieurs programmes d’aide à l’innovation sont disponibles dans plusieurs champs d’intervention.

Rendu à l’étape de développement des projets pertinents retenus, il est important de déterminer son plan de match et de structurer chacune des phases de développement. Une planification rigoureuse contribuera à éviter les dépassements de coûts, à réduire les incertitudes, et à garder le cap sur des objectifs et des livrables réalistes.

Finalement, la mise en œuvre des projets doit se concrétiser par l’adoption de la nouveauté ou de l’amélioration par les clients, les collaborateurs et les employés. Les stratégies de communication du changement, la gestion et le suivi du projet, ainsi que la poursuite de l’actualisation des compétences s’inscrivent dans les efforts déployés pour réaliser cette acceptation.

Maintenant que le processus d’innovation n’a (presque) plus de secret pour vous, notre équipe d’experts est toute disposée à étudier vos projets innovants et sera ravie de participer à votre réussite entrepreneuriale grâce à un accompagnement sur mesure. Contactez-nous : [email protected]

(1) Source : Manuel d’Oslo, 3e édition, OCDE, 2005 Référence : Économie Gouvernement du Québec, https://www.economie.gouv.qc.ca/fileadmin/contenu/formations/mpa/materielpedagogique/defiinnovation/processus_innovation.html, page consulté le 17 janvier 2020

Autres actualités

Une erreur est survenue. Veuillez réessayer de nouveau.Ce courriel est invalideVeuillez remplir tous les champs
Merci!