Étude sur l'investissement et l'adoption de pratiques innovantes et durables pour la relance de l'industrie de la mode et de l'habillement au Québec
Étude sur l'investissement et l'adoption de pratiques innovantes et durables pour la relance de l'industrie de la mode et de l'habillement au Québec

Vestechpro est fier de présenter une étude visant à orienter la relance de l’industrie de la mode et de l’habillement au Québec. Initiée par le ministère de l’Économie et de l’Innovation, la publication du document a été rendu possible grâce à la participation de nombreux acteurs de l'industrie à un sondage effectué durant la dernière

> Accédez à l'Étude

> Consultez nos dernières actualités

Nous sommes ravis de vous présenter notre cliente, l’artiste Jannick Deslauriers. Dans le cadre d’un nouveau projet de sculpture manteau, l’artiste a fait appel à Vestechpro. Découvrez son portrait à travers ses inspirations et les techniques qu’elle utilise.

Comprendre l’œuvre de Jannick Deslauriers

  • Quelles sont vos sources d’inspirations ?

Mes œuvres exploitent les champs de la disparition, la mort, la catastrophe, la destruction, l’apparition fantomatique, ou encore la dématérialisation, souvent exprimés avec l’utilisation de matières textiles. Le but est de donner un aspect évidé et irréel à l’œuvre.

  • Comment opérez-vous votre travail de recherche ? Quel est votre point de départ ?

L’essentiel de mes recherches se font sur internet, à travers des lectures d’essais sur les fantômes par exemple ou encore de photos en noir et blanc du XIXème siècle représentant des ectoplasmes ou des phénomènes surnaturels. Cela me permet de faire une synthèse des images collectées et de créer ma propre version en sculpture.

  • Quelles sont les matières et techniques que vous utilisez ?

J’utilise différentes matières tels que du bois brûlé et de la cendre, de la neige, du vinyle et beaucoup de matières textiles avec des fils, de la tulle, de laine, du nylon, et de la soie. Pour des projets plus récents, j’utilise de la fausse fourrure, des emballages et sacs plastiques, et même des équipements médicaux.

J’utilise la couture pour l’assemblage des textiles et j’abime le tissu en le couvrant de neige et en le brûlant afin de lui donner un aspect élimé par le temps. Je travaille aussi le bois en le brûlant et la laine est fondue également. Pour mon récent projet de manteau, je voulais créer une enveloppe transparente faite de vinyle, j’ai dû faire appel à un équipement spécifique proposé par Vestechpro afin de souder le plastique, ce qui m’a permis d’encapsuler de la cendre dedans.

  • Pourquoi avoir choisi ces composants pour vos œuvres ?

J’ai choisi ces matières car elles sont délicates et translucides (soie et tulle), le vinyle plastique permet de créer une enveloppe de protection. Le matériel médical est surement en échos avec la distanciation sociale actuelle, les questions de corps frontières qui établit une limite avec l’autre. Les matières font partie du message que je veux transmettre. Notamment avec le projet rose, j’ai utilisé des emballages et des sacs plastiques afin de mettre en scène la surconsommation.

  • D’où vous ai venu cette idée de « porter le trouble » ? D’opérer une transition vers des œuvres « portables » ?

J’ai toujours utilisé le corpus de la présence humaine, du fantôme. J’ai testé de représenter des corps en plâtre mais le résultat n’a pas été concluant. J’ai préféré imaginer un vêtement qui pourrait être porté par de vrais corps. Des happenings ou performances pourront mettre en vie ses œuvres à travers de la danse contemporaine par exemple.

Art et innovation

  • Quelle est votre définition / vision de l’innovation ?

Les artistes créent des choses qui n’existent pas donc par définition ils innovent tout le temps. Nous partons d’une idée sans savoir où elle va nous mener.

  • Pensez-vous que le financement puisse être un frein à l’innovation ?

Oui, les moyens financiers deviennent une réalité au cours du temps. C’est justement un défi de faire le plus possible avec le moins possible. Ainsi, faire preuve d’innovation sans de grands moyens permet de créer des œuvres étonnantes et fortes.

  • Comment innover ?

Sortir de sa zone de confort ! Travailler dans son atelier et se créer un écosystème d’inspirations, réaliser des essais et expérimentations, être à la recherche de nouvelles techniques, et bien sûr se cultiver.

  • Considérez-vous Vestechpro comme une ressource pour le développement de votre œuvre ?

C’est définitivement une belle découverte. Tous ces équipements et ces expertises autour du vêtement sont une réelle source d’inspirations pour de prochains projets. Je pense notamment à la modélisation de patron 3D pour créer des œuvres vêtements numériques.


				Portrait of Artist Jannick Deslauriers
				Portrait de l’artiste Jannick Deslauriers

Merci à Jannick d’avoir participer à cette entrevue. Nous sommes ravis d’avoir pu l’aider dans son projet et avons hâte de participer aux prochaines expressions de son art qui mêle habilement le vêtement et la technologie.

Vous souhaitez en savoir plus sur les œuvres de Jannick Deslauriers ? Consultez son site internet

Légende photo : Une des dernières oeuvres de Jannick, un vêtement réalisé à partir de déchets plastiques.

Une erreur est survenue. Veuillez réessayer de nouveau.Ce courriel est invalideVeuillez remplir tous les champs
Merci!